Quelques éléments sur le cours €/$

Partagez & Commentez

 Comme écrit sur le post sur les risques, l’impact du cours du dollar peut être significatif (-33% de rendement sur 10 ans si le dollar perd 3% par an contre l’euro à 1,76 €/$), même s’il ne remet pas, sauf effondrement, en cause l’intérêt d’investir aux USA dans des actifs à fort rendement compte tenu du différentiel de rendement entre les USA et la France.

EUR-USD 1972-1999L’Euro, venant en cela au droit du deutsche mark, est structurellement fort par rapport au dollar. Cette situation s’explique notamment par une politique monétaire plus restrictive de la part de la BuBa puis de la BCE dont l’objectif est de limiter l’inflation quand celui de la FED est également de
soutenir la croissance et l’emploi. Les taux sont structurellement plus faibles et l’inflation plus forte aux USA.  En conséquence, de 1972 à 1999 (source : wikimédia), le DM s’est apprécié de 2,6% par an par rapport au FRF ou à l’USD. C’est le cas également depuis le 1er janvier 1999 avec une inflation de 25,4% dans la zone euro contre 37,4% aux USA. Le différentiel d’inflation explique la totalité de l’évolution de la parité eurodollar depuis cette date (+13%, source yahoo.fr).

 Cours EURUSD=X 99-2012

On peut penser que le différentiel d’inflation restera favorable à la zone euro du fait de l’aversion de la BCE et des DecadeInflationallemands pour celle-ci et la nécessité de faire marcher la « planche à billets » pour réduire la dette fédérale américaine. L’inflation américaine pourrait elle structurellement s’accélérer : son niveau moyen depuis 1945 est largement supérieur aux niveaux constatés depuis 1990. L’évolution des taux d’intérêts, de la croissance et de la compétitivité à dix ans, autres facteurs structurels intervenants dans l’évolution des parités, est difficile à prédire même si l’on promet à la zone euro une croissance lente. Reste tous les facteurs conjoncturels qui, on le voit sur le graphique ci-dessus, impactent fortement les cours.

Au total, certain nombre de facteurs pourraient (selon moi et quelques économistes plus compétents que moi !) conduire à une continuation de la hausse à moyen terme
de l’euro :

  •  Un différentiel de taux favorable, la banque centrale montant ses taux pour réduire l’inflation et attirer des
    capitaux : Historiquement, les Etats-Unis ont une politique monétaire plus accommodante que l’Europe.
  •  Un différentiel d’inflation défavorable, pour les mêmes raisons que ci-dessus.
  • L’affaiblissement de la place des Usa dans le monde et notamment un destockage massif de dollars par les banques
    centrales.
     
  •  Une crise de la dette aux Etats-Unis, compte tenu de l’incapacité qu’ont démocrates et conservateurs à s’entendre
    sur la réduction du déficit fédéral.

Dans le même temps, le différentiel de croissance devrait rester structurellement favorable aux USA, ce qui serait à l’avantage du dollar et il est possible que la crise actuelle pèse durablement sur l’appétit des investisseurs pour l’Euro.

Inflation-expectations-are-rising1

Par ailleurs, une inflation américaine très importante qui pèserait sur le dollar aurait selon toute vraisemblance un effet positif sur les loyers et les prix immobilier et une part importante du différentiel d’inflation serait annulée par une hausse du rendement en dollar de l’investissement réalisé.

Dollar_Euro_Exchange_Rate.jpg

 Les cours d’équilibre estimés par les économistes vont de 1,17 €/$ (en « parité de pouvoir d’achat », soit -11%) à 1,46 €/$ (méthodes FEER et BEER, soit +11%). Selon cette première méthode, on voit bien dans le graphique ci-dessus que la hausse du dollar ces dernières années a été bien plus rapide que le différentiel d’inflation.

Rien ne permet donc avec certitude de prévoir un mouvement important du dollar dans l’un ou l’autre sens… Ce qui est finalement plutôt rassurant : rien ne permet d’affirmer avec certitude que l’euro est significativement sous-évalué, ce qui ferait courrir un risque important à un investissement en dollar !

 

Ce contenu a été publié dans Investir, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *